Anna HELLIER (LLOYD)

Anna HELLIER (LLOYD)

PRAG Anglais, Université Rennes 2

Radicalisme, Républicanisme et Religion : la genèse de la pensée politique de William Penn, 1660-1683

William Penn (1644–1718) est un personnage bien connu des historiens et civilisationnistes s’intéressant à l’Angleterre du XVIIe siècle et au développement de ses colonies sur le continent nord-américain. Les grands ouvrages de William Braithwaite sur les premiers membres de la secte des « Quakers » ou « La Société des Amis » dans l’Angleterre du XVIIe siècle attestent du rôle important qu’il joua dans l’histoire de ce nouveau mouvement religieux. De nombreux travaux américains ont également été consacrés au développement de la colonie de Pennsylvanie qu’il fonda sur le continent nord-américain. Les études concernant la pensée politique de William Penn ont ainsi été entreprises essentiellement par des historiens américains afin de mettre en lumière le développement des institutions constitutionnelles de la colonie de Pennsylvanie, et plus largement le contexte politique qui a mené, à terme, à la révolution américaine de 1776 et aux fondements d’une Constitution spécifique aux Etats-Unis. Ces historiens ont postulé que le système de gouvernement établi en 1682 par William Penn dans sa colonie avait des origines « républicaines » et « Whig ». L’objectif de ce projet de recherche est de proposer une réévaluation des origines de la pensée politique de William Penn en se basant sur une analyse à la fois plus anglocentrée et plus européenne de son œuvre politique jusqu’à sa rédaction d’une Constitution pour la future colonie en 1682. En effet, les premiers écrits politiques de Penn sont traversés par une rhétorique des lois fondamentales gouvernant les droits de tout homme né anglais, tandis que ses nombreux voyages en France, Hollande, et Allemagne, ainsi que son grand ouvrage sur une Europe unie, témoignent de sa conviction que les divers pays du monde dans lequel il vivait avaient tout à gagner en forgeant des liens et des échanges aux niveaux politique et religieux. Par ailleurs, un ensemble de plus en plus important de recherches sur les premiers Quakers et leur engagement politique, discret mais constant, semble inviter à une réinterprétation des influences politiques en jeu dans l’œuvre de William Penn.